Ce que j'ai découvert sur mon métier en pratiquant le yoga



La plupart des personnes qui pratiquent le yoga vous diront probablement que leur vie en a été bouleversée. Certains y ont découvert un moyen de bouger, d’autres un moyen de respirer et décompresser, pour d’autres encore, un moyen de se reconnecter à leur corps et à leur cœur. En tant que chiropracteur je ne peux m’empêcher de constater les nombreux liens qu’il existe entre la chiropraxie et le yoga, tant dans la philosophie que dans la mise en pratique. Aujourd’hui ma curiosité me pousse peu à peu à mettre ces similitudes en lumière et à créer de nouveaux ponts. Ceci n’est que le début d’une réflexion mais voici déjà quelques pistes et observations...





« The power that made the body heals de body » B.J. Palmer Un des principaux principes de la chiropraxie consiste à recourir à l’intelligence innée du corps : Cette intelligence présente en nous tous qui nous permet de nous autoréguler, de nous autogérer et même de nous auto-guérir. Certains l’appelleront homéostasie, d’autres l’appelleront Qi ou force vitale. En Inde, elle est nommée Prana.


Système nerveux & Nadi



Pour le chiropracteur, cette intelligence innée est véhiculée par le système nerveux. Son rôle sera de faire en sorte qu’elle fonctionne/circule de manière optimale, sans interférence. Au yoga, le prana voyage au travers des Nadis. Ce sont des canaux invisibles présents partout dans le corps. Il en existe trois principaux : Ida Nadi, Pingala Nadi et Sushumna Nadi. Ce dernier (Sushumna ou le canal central) passe selon la plupart des littératures au centre de la colonne vertébrale le long de la moelle épinière. Difficile de ne pas faire l’analogie avec le système nerveux.





Dualités Ida/Pingala et Système nerveux sympathique/ Système nerveux parasympathique




On parle souvent de dualité de l’univers, du fait qu’une chose et son contraire ne sont finalement que deux pôles opposé d’une même échelle (Pour que la lumière existe, il faut que l'ombre existe n’est-ce pas ?) : Le jour/ la nuit, le chaud/ le froid, l’amour/ la haine, l’homme/la femme, le yin/le yang. Ce thème de la polarité me passionne. C'est un principe, il me semble, fondamental à la compréhension de la vie dans son ensemble. Il y a du bon dans le mal, et du mal dans le bon. Tout n’est pas tout blanc, ou tout noir. La vie évolue, la vie a besoin de s’exprimer, de vibrer dans la polarité.

En chiropraxie on s’intéresse au système nerveux. Quand on s’y penche de plus prêt on remarque que cette dualité se manifeste au travers du système nerveux autonome : Sympathique nerveux sympathique et parasympathique. Tandis que l’un s’occupe de gérer la réponse de l’organisme face à un stress, l’autre sera lié à sa capacité à se relâcher, à se reposer. L’un dépense l’énergie, l’autre la restaure. D’ailleurs, très souvent, le système sympathique est sur-utilisé du fait de l’omniprésence de stress au quotidien. Cela peut être à a sources de nombreux déséquilibres.

Au yoga, Ida Nadi et Pingala Nadi s’enroulent autour de Sushmna Nadi semblables à des spirales, ou serpents. Ils se croisent l’un et l’autre à sept reprises et leur lieux de convergence sont ce que l'on appelle les centres d'énergie ou chakras. Ida Nadi pourrait être assimilé au système nerveux parasympathique, de par son lien avec l’énergie Yin, lunaire, féminine, le côté gauche du corps et l’hémisphère droit du cerveau lié à la créativité. Pingala Nadi pourrait plutôt résonner avec le système nerveux sympathique, énergie solaire, Yang, masculine, côté droit du corps et hémisphère gauche lié à la rationalité.


Blocage énergétique ou interférence nerveuse ?


En chiropraxie, on recherche les interférences du système nerveux, que l’on appelle subluxations, qui l’empêchent d’exprimer son plein potentiel. Celles-ci peuvent être d’ordre mécanique, chimique ou émotionnel. Différentes techniques existent afin de les lever. A chaque fois, on appelle cela un ajustement chiropratique. Il s’agit donc ici de laisser la santé s’exprimer plutôt que de supprimer un symptôme à proprement parler. Il y a une notion de nettoyage. Ce terme revient très souvent dans les médecines alternatives et on le retrouve d’ailleurs en ayurveda, science sœur du yoga.



On parlera alors d’un « blocage énergétique ». Je pense qu’il s’agit ici encore une fois d’une autre appellation, mais qu’elle exprime finalement la même chose. Et ce grand nettoyage permettra un retour vers un équilibre naturel : Cet équilibre avec lequel nous naissons mais dont seulement nous nous éloignons par la vie moderne et sous tension que nous menons.




Union & Retour à l’équilibre



Le terme yoga vient de Yuj en sanskrit qui veut dire Union. Union de l’individuel avec l’universel, union avec le grand tout. Le but ultime du yoga selon Patanjali serait de gagner le control sur les fluctuations de notre mental et de devenir libre de tout attachement. Patanjali est l’auteur des Yoga sutras, œuvre référence du yoga. Il y décrit le fonctionnement du mental, et indique différentes manières d'appréhender le yoga, et de l'intégrer dans notre vie. Cela va donc au-delà des simples postures ou exercices de respiration. On parle de « on and off the mat » c’est à dire « sur le tapis et en dehors du tapis ».





En chiropraxie, aussi, on pourrait tout aussi bien dire « sur la table et en dehors de la table »! En effet, ne s’agit pas seulement de consulter et d’attendre qu’un miracle se produise. Guérir implique une réelle responsabilisation de la part du patient et le plus souvent un changement de mode de vie. Cela se fait petit à petit, chacun à son rythme. Il n’y a pas de règle, de pression ou de modèle particulier à suivre. Simplement une prise de conscience qui nous ramène à la nature et à notre nature.


Je pense que la chiropraxie, comme le yoga, ne sont en définitive que de merveilleux moyen pour nous aider à trouver un juste équilibre intérieur, des voies de développement personnel, et des occasions d’une profonde connaissance de soi. En effet, cet équilibre intérieur sera notre fondation, notre rocher sur lequel nous appuyer pour trouver un nouvel équilibre extérieur. Se sentir aligné à l’intérieur c’est être en mesure d’écouter la sagesse de son cœur, plutôt que les milles peurs qui nous envahissent et nous laissent souvent inconsciemment jouer un rôle qui n’est pas le nôtre.


Quel est mon rôle dans ce grand théâtre qu’est la vie ? Comment puis-je apporter de la lumière dans cet assemblage ? Imaginez le tout autre monde dans lequel nous vivrions si chacun était un jour amené à se poser de telles questions. S’en suivrait une quête d’alignement. Nous commencerions à écouter nos désirs et nos intuitions, nos relations seraient bien plus sereines et notre potentiel créatif accru. Nous apprendrions à composer avec les mots bienveillance, harmonie et union plutôt qu’avec les mots rentabilité, compétition et affrontement. Devenir pleinement présent à soi-même aide à échapper au conditionnement du passé et à opter consciemment pour de nouveaux comportement. Nous pourrions nous réveiller le matin avec le sourire au lèvre et au cœur en sachant que nous avons choisi notre vie et qu’elle nous rend résolument heureux. N’est-ce pas ce à quoi nous aspirons tous finalement ? On dit souvent que si l’on désire changer le monde il nous appartient d’abord de nous changer nous-même. Je pense qu’il s’agit ici tout à fait de cela.






Marie Bouchayer

Chiropracteur

972 vues

Marie Bouchayer - Chiropracteur

mariebouchayer.chiropractic@gmail.com

+336 29 69 16 69